Econnomie

Quand Neil Armstrong posait le pied sur la lune ou que Youri Gagarine tournait autour de la terre, le Bhoutan construisait ses premières routes.

Toutefois, grâce à une volonté affirmée, le Pays a réussi à combler son retard, il est devenu aujourd'hui un Pays moderne et développé qui se place économiquement au dessus de la plupart des nations asiatiques du Sud Est.

Passant d'une économie agraire de subsistance à une économie de marché, le Bhoutan a su se créer de nouvelles richesses commerciales et principalement l'énergie hydro-électrique qui est la principale source d'exportation avec les produits agricoles et les minéraux.

L'inde est le partenaire commercial principal du Bhoutan, avec le Bangladesh et la Thaïlande.

Dans le secteur du service, le tourisme est la première source de revenu.

L’économie du Bhoutan est divisée en cinq secteurs principaux :
les produits issus des ressources naturels renouvelables, le Tourisme, la Géologie et l'extraction miliaire, l’Energie Electrique et la Fabrication dans le secteur Industriel.

Le Bhoutan n'a pour l'instant pas adhéré à l'OMC (Organisation mondiale du commerce). Les avantages et les inconvénients sont encore examinés par le gouvernement car aujourd’hui, tous les principes de développement du Bhoutan sont fondés sur le concept du Bonheur National Brut, ce qui n'est pas forcément compatible avec une adhésion à cette organisation.

L'architecture: Les Dzongs (forteresses) sont les symboles de l'architecture Bhoutanaise, qui ont été construits sans l'utilisation de clous. Les Lhakhangs (temples), Goenpas (monastères), Chortens (stupas) sont autant d'exemples de la variété de l'architecture Bhoutanaise.

Histoire

Des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre, les incendies ont détruit une grande partie des traces de l'histoire du Bhoutan. Malgré tout, à partir des Namthars (biographies, hagiographies), et des objets abrités dans les anciens monastères, on peut remonter aux environs de 500 ou 600 Après J.C.

Les premiers habitants du Bhoutan pratiquaient les rites Bön, ces rites existaient avant le bouddhisme. Celui-ci fut introduit dans le pays par la visite de Guru Padma Sambhava, plus populairement connu sous le nom de Guru Rimpoché. Il se vint au Bhoutan en l'an 747 à la demande de Sindhu Raja, le roi de Bumthang moderne.

Padmasambhava est considéré comme le second Bouddha et le saint patron du bouddhisme tantrique. Il faut noté que la religion et le Bhoutan ne peuvent être séparés, la religion a toujours joué un rôle très important dans l'élaboration de la vie politique, sociale et culturelle du Pays.

L'histoire du Bhoutan peut être principalement séparée en deux périodes : l'ère médiévale (ou l'âge de Shabdrung Ngawang Namgyal) qui correspond à l'unification du Bhoutan et la période pré-moderne et moderne du Bhoutan.
Les principales caractéristiques de toutes ces périodes peuvent être résumées comme suit.

l'Epoque Médiévale
Une crise religieuse au Tibet dans les années 836 à 842 a fait fuir de nombreux enseignants religieux qui ont trouvé refuge et se sont installés dans l'Ouest du Bhoutan. L'éminent Gyalwa Lhanampa, le fondateur du bouddhisme Lhapa, fut l'un d'entre eux. Il fut le premier à entreprendre la construction de Dzong (forteresse).
En 1220, Lama Phojo Drugom Zhipo, est entré au Bhoutan et à défait Lhanampa. La secte Lhapa a été remplacée par le Drukpa Kagyu, qui fut propagé par Phajo Drugom Zhipo.
La lignée Phajo a conduit l'affermissement de l'école Drukpa Kagyu du bouddhisme Vajyarana, surtout dans l'Ouest du Bhoutan. Au 16ème siècle, la secte Drukpa Kagyu devenue toute puissante, a ouvert la voie à la venue de Shabdrung Ngawang Namgyal, c'est lui à qui est revenu le mérite d'avoir unifié le Bhoutan.

L'ère du Shabdrung Ngawang Namgyal
Dans les premières années du 17ème siècle de nombreux conflits religieux secouent le Bhoutan, ils sont menés par les cinq différentes écoles, celles-ci n'hésitants pas à se monter les unes contre les autres. L'histoire du Bhoutan est liée à la lutte de ces lamas, qui faisaient la promotion de leurs propres doctrines. C'est au milieu de cette pagaille spirituelle et des conflits d'intérêts que Shabdrung Ngawang Namgyal, dont la vie menacée au Tibet, quitta son siège à Ralung pour venir s'installer au Bhoutan en 1616. La légende dit que pour s'y rendre il suivit un corbeau et qu'à travers ses rêves il pouvait voir son avenir au Bhoutan.
Il réussit rapidement à influencer et soumettre les cinq autres Lamas tout en consolidant sa position en établissant des liens avec les Rois des Pays frontaliers, le Népal, le Bihar et Ladakh. Il remporta une grande victoire sur les tibétains en 1639 et devint le leader incontesté du Bhoutan. Grâce à ses exploits militaires, il prit le titre de Shabdrung, ce qui signifie "au pied duquel on se soumet", ou "le suprême pouvoir religieux". Il devint à cette époque le chef temporel ainsi que le chef spirituel du Bhoutan.
Après l'unification du Pays, le Shabdrung institua le Desi (dirigeant civil) ainsi que le Je Khenpo (chef spirituel), c'est ce duo gouvernemental qui existe encore aujourd'hui.
Shabdrung divisa ensuite le pays en Provinces et nomma Chila Namsum (plus tard appelé Penlops) et Dzongpons (dirigeants provinciaux), pour qu'ils administrent les Provinces ainsi constituées. Des antennes judiciaires et l'administration fiscale furent également créées.

Sa principale contribution au développement du Pays fut la construction des Dzongs . Ces forteresses ont su résister à l'épreuve du temps et se dressent encore aujourd'hui dans tout le Pays.
Au cours des ses 35 années de règne, il repoussa les tentatives d'envahissements du Tibet en 1639 puis des forces conjointes Tibétaine et Mongols en 1647 et enfin les vagues Tibétaines de 1648 et 1649.
En 1651 Shabdrung parti pour une retraite sacrée, étant coupé du monde, nous ne connaissons pas encore aujourd'hui la date de son décès. En son absence, les Desis gouvernèrent le Pays, leurs perpétuelles rivalités conduisit le Bhoutan dans des guerres civiles entre les différentes Provinces, pendant cette période troublée 22 Desis furent assassinés ou déchus.

Le Bhoutan pré- moderne : La montée de la dynastie Wangchuck

Les guerres des Douars
Les Douars sont les zones situées entre les plaines de la rivière Brahmapoutre (dans l'actuel Assam, l'Inde) et le contrefort sud du Bhoutan. En 1826, le Bhoutan pris le contrôle de l'ensemble de 18 de ces Douars, 11 au Bengale et 8 dans l'Assam.
De part leur présence accrue dans les Douars, les Bhoutanais envahirent Coach Bihâr en 1772. Ne pouvant repousser l'invasion seul les Cooch Beharis firent appel à la Compagnie anglaise des Indes orientales qui se joignit à eux pour chasser les envahisseurs et par mesure de représailles les Cooch Beharis attaquèrent le Bhoutan en 1774. Un traité de paix fut conclu avec l'intervention du Panchhen Lama du Tibet, qui assura la médiation entre le Desi et Warren Hastings, le gouverneur général de l'Inde Britannique. Le résultat fut le traité Anglo- Bhoutanais signé le 25 avril 1774. A la suite de cet accord, le Bhoutan se retira dans ses frontières datant de 1730. C'est durant cette période que Jigme Namgyal, le Penlop du Trongsa et père du premier Roi, signa le traité de Sinchula, le 11 novembre 1865, qui marqua le début des relations Anglo-Bhoutanaises.

 

Population

Le Bhoutan est un petit pays mais il abrite quand même trois grands groupes ethniques, les Shorchops à l'Est, les Ngalops à l'Ouest et les Lhotsampas au Sud.

Toutefois, il existe aussi d'autres groupes tels que Bumtaps (les gens de Bumthang), Khengpas (les gens de Zhemgang) et les Layaps et Brokpas (les deux communautés semi- nomades du nord).

Il y a environ 20 dialectes parlés par la population, mais le dzongkha (la langue parlée dans les dzongs),  reste la langue officielle de l'Ouest.

Les hommes portent Gho, c'est une robe qui s'arrête au genou, nouée à la taille par une ceinture appelée Kera.
Les femmes portent la Kira, c'est une robe qui descend jusqu'à la cheville, elle est nouée à la taille par une Kera. Les Komas sont des broches fixées sur le Kira à hauteur de l'épaule. Une blouse à manches longues appelée wanjo est portée en dessous la Kira et le Tego est porté par dessus, un peu à la manière d'une veste.

Les écharpes appelées Kabney pour les hommes et Rachu pour les femmes sont portées lors d'occasions officielles et dans les bureaux. Il existe différentes couleurs de Kabneys, elles représentent la hiérarchie et le rang dans la société de celui qui l'arbore. Le jaune est réservé au Roi ainsi qu'au Chef Spirituel. L'orange et pour les ministres, le rouge pour Dashos (un titre équivalent à Chevalier), le bleu pour les membres du Parlement, vert pour les juges et blanc pour la population. Un patang (épée) est également attaché à la ceinture, c'est la prérogative de ceux qui arborent les couleurs le jaune, orange rouge, bleu et le vert. Seul le Roi peut permettre le port du Patang au porteur d'une écharpe blanche.

Architecture

L'art et l'artisanat La vie spirituelle et intellectuelle du Bhoutan se reflète dans son art et son artisanat. L'art n'est pas basé sur un concept de beauté, mais sur l'interprétation des valeurs de la religion. La plupart des arts incarnent le conflit entre le bien et le mal et ont une signification religieuse.

Le Bhoutan possède 13 arts et métiers traditionnels appelés Zorigchusum : Le travaille de la pierre, du bois, de l'argile, la sculpture en bronze, en bois, en ardoise et pierre, la peinture, le travail du cuir, de la forge, l’artisanat du bambou et de la canne à sucre, le tissage et la couture.

L'architecture: Les Dzongs (forteresses) sont les symboles de l'architecture Bhoutanaise, qui ont été construits sans l'utilisation de clous. Les Lhakhangs (temples), Goenpas (monastères), Chortens (stupas) sont autant d'exemples de la variété de l'architecture Bhoutanaise.

le BNB

Dans les années soixante dix, le quatrième roi du Bhoutan, Sa Majesté Jigme Singye Wangchuck a déclaré que le Bonheur National Brut était plus important que le Produit National Brut.


Cette déclaration est fondée sur une vérité fondamentale, le bonheur de tous les êtres humains ne s'appuie pas sur sa propre richesse. Les étapes spirituelles d'une vie ne peuvent être atteintes qu'à travers le bonheur.

Le PNB ne tient donc pas compte des aspects négatifs de la vie, comme les pertes financières, l'épuisement des ressources, la pollution car cela nuirait à sa mise en pratique.
Pendant des années, il a été abandonné car considéré comme un concept utopiste,  mais aujourd’hui  force est de constater que le BNB a gagné la reconnaissance mondiale, et qu'il devient un hymne international.


BNB est donc le principe de développement du Bhoutan. Il est divisé en quatre piliers :
un développement et un commerce équitable, viable et socio- économique, une bonne gouvernance, la préservation et la promotion de la culture dans le respect de l'environnement.


Un centre d’étude gouvernemental a même été créé pour étudier et promouvoir le BNB, ce centre a désormais les outils adaptés avec lesquels il peut maintenant l'évalué au plan national.

La Faune et la Flore

Le Bhoutan fait parti des dix Pays ayant réussi à préservé sa faune endémique.

Il abrite 221 espèces d’oiseaux originaires uniquement du Bhoutan. Notre Pays a su préserver son écosystème grâce, entre autre, à la création de nombreux parcs nationaux qui nous assurent une couverture forestière d'au moins 60 %, et aussi, évidement , grâce aux préceptes Bouddhistes qui sont fondés sur un profond respect de la vie sous toutes ses formes.

La flore Bhoutanaise comprend plus de 5400 plantes vasculaires, 360 espèces d’orchidées, 46 espèces de rhododendrons, genévriers, magnolias, pavots bleus, les primevères et plus de 500 espèces de plantes médicinales.
Le Bhoutan est un paradis pour les animaux, les éléphants, les tigres, les buffles sauvages, les langurs, les cerfs, les panthères se situent le long des contreforts au Sud, dans les zones subtropicales tandis que dans les zones montagneuses se sont les yaks, les takins, les moutons bleus et les léopards de neige qui forment la faune domestique et sauvage.

Néanmoins, il fut découvert récemment des tigres à plus de 4000 mètres d'altitude, mettant ainsi fin à un mythe qui aurait voulu qu'ils ne se tiennent que dans les régions les moins élevées du Pays.

Politique

L'institution de la monarchie
Trongsa Penlop Jigme Namgyal est devenu un leader incontesté et a influencé la politique du Bhoutan, même après sa démission en 1873. Même si les agressions extérieures avaient diminué, les querelles internes, elles, augmentaient. C'est dans ce contexte que Ugyen Wangchuck, le Penlop du Trongsa et le fils de Jigme Namgyal débuta l'unification du Bhoutan.
Les rébellions furent écrasées entre 1882 et 1885 et c'est lors de la bataille décisive de Changlingmithang en 1885, que Ugyen Wangchuck vainquit définitivement ses ennemis.
Ayant mis en place sa politique depuis plus de 22 ans, Ugyen Wangchuck fut unanimement couronné comme le premier monarque héréditaire du Bhoutan, le 17 Décembre, 1907, un statut qui fut aussi reconnu par la Colonie Britannique Indienne.

La dynastie Wangchuck
Chaque Roi du Bhoutan posa sa pierre dans la construction du Pays et marqua son règne de différentes façons suivants les époques.
Le premier Roi (1907- 1926) instaura l'ère de l'unification, pendant cette période le Pays entier était rassemblé sous sa bannière.
Le second Roi, Jigme Wangchuck dont le régne dura 26 années, de 1926 à 1952, est surtout reconnu pour avoir consolidé et stabilisé le Bhoutan, par le fait cette époque est appelée "l'ère de la consolidation".
Le troisième Roi, Jigme Dorji Wangchuck initia l'ère da la modernisation. Durant son règne qui commença en 1952, le Bhoutan abandonna sa politique d'isolement et commença un développement planifié. Jigme Dorji Wangchuck est également reconnu pour être le père du Bhoutan moderne, son règne de 20 ans pris fin en 1972.
L'ère du quatrième Roi, Jigme Singye Wangchuck, le père du "Bonheur National Brut" (BNB), règna de 1972 à 2006, avant d'abdiquer afin de permettre la mise en place de la démocratie Bhoutanaise. On peut légitimement appeler cette période, l'ère de la démocratisation. Le roi, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, est reconnu aujourd'hui comme « le roi du peuple » et reste le chef de l'Etat.

Forme de Gouvernement
Le 17 décembre 2005, le quatrième Roi a secoué la nation en annonçant qu'il abdiquait en faveur de son fils et que le Bhoutan était désormais prêt pour la démocratie. Les élections générales se tinrent en 2008.
En 2007, le Roi déclara que les Bhoutanais avaient donné à la famille Wangchuck la responsabilité de la direction du Bhoutan, 100 ans s'étant écoulés, les Bhoutanais devraient être en mesure de se gouverner eux même. Le Bhoutan a adopté sa première constitution le 18 juillet 2008, elle fut rédigée par un groupe d'experts et diffusée dans toute la Nation.
Aujourd'hui, le Bhoutan dispose d'un système à deux partis démocratiques, tandis que le roi reste chef de l'Etat. Les trois branches du gouvernement, la magistrature, l'exécutif et le législatif sont des institutions complètements indépendantes.
Lors des premières élections générales, il y avait deux partis, le parti démocratique et le Druk Phuensum Tshogpa, ce dernier a gagné avec une majorité écrasante lors de ces premières élections Bhoutanaise qui se sont tenues le 24 mars 2008. Le parti Démocratique quant à lui ne remporta que deux sièges sur les 47 circonscriptions.

Au parlement siège également le Conseil National, il est constitué d'un membre de chacun des 20 districts et de cinq membres nommés par le Roi. Les membres composant ce conseil doivent impérativement être apolitiques.
L'organisation du territoire s'effectue ainsi : les 20 districts sont divisés en Gewogs (Province), qui sont eux même divisées en Chiwogs (groupe de villages). Le Bhoutan compte 205 Gewogs. Ce qui est un parfait exemple de la décentralisation, tous les projets proviennent du Gewogs, ils sont examinés ensuite dans les districts et en dernier lieu par le gouvernement central.  
Le pouvoir judiciaire est indépendant et le Palais de Justice Suprême se doit d'être l'interprète de la Constitution, tous les districts disposent de tribunaux. Quant à la Capitale, elle abrite le Haut Palais de Justice du Bhoutan.
Parmi les organismes constitutionnels on compte : la Commission électorale du Bhoutan, la Commission anti-corruption, la Royale Audit Autorité et la Royale Civil Service Commission. Ces organismes ont été conçus pour assurer une bonne gouvernance.

Le Monastique
Le double système du gouvernement encadré par Shabdrung Ngawang Namgyal existe encore aujourd'hui. Le clergé du Bhoutanais est dirigé par le Je Khenpo (Chef spirituel) qui est soutenu par les Cinq Maîtres appelés Lopen Ngap en langue locale. Le Chef Spirituel actuel est le 71ème du Bhoutan.

Carte du Bhoutan